Échelle de Richter (la plus connue)
En 1935, Charles Francis Richter a invénté la notion de magnitude afin d’évaluer l’énergie qui a été libérée au foyer d’un séisme.
La magnitude se calcule à partir des enregistrements des vibrations du sol (sismogrammes).

Pour une magnitude donnée, l'intensité en un point dépend surtout de la distance de ce point au foyer. L’intensité est la plus forte à l’épicentre, à la verticale du foyer et elle diminue en s’en éloignant. Une conséquence est que, pour une même magnitude, les effets en surface sont d’autant plus faibles que le séisme est profond.

Échelle MSK
Pour mesurer les effets d'un séisme en un lieu, les sismologues ont établi des échelles d'intensité dans lesquelles le degré d'intensité (établi sur un ensemble de critères) caractérise le niveau de sévérité des effets de la secousse sismique.
L'échelle utilisée actuellement en France est celle mise au point en 1964 par Medvedev, Sponheuer et Karnik, dite échelle MSK, dans laquelle les intensités sont numérotées de I à XII. 

Échelle d’intensité macrosismique (1998)
http://www.franceseisme.fr/ems98.html