Les matières dangereuses sont nombreuses ; elles peuvent être inflammables, toxiques, explosives, corrosives ou radioactives. Ces matières peuvent être transportées par route, par voie ferrée ou navigable.

Le risque « transport de matières dangereuses » (risque TMD) est consécutif à un accident survenant lors de leur transport. Quatre types d’effets peuvent être associés à ce risque :
- l’explosion, avec onde de choc, projectiles et flammes.
- l’incendie, pouvant se propager aux alentours (maisons, véhicules, cultures), avec possibilités d’asphyxie et/oi d’intoxications pour les personnes.
- la formation d’un nuage toxique, se déplaçant avec le vent, et à l’origine d’une pollution de l’air et des sols, d’une contamination des produits agricoles et du développement de pathologies (irritations, oedèmes pulmonaires...).
- la fuite d’un liquide polluant, polluant les sols et les eaux (impacts possibles sur l’eau potable, sur la pêche), et destruisant les écosystèmes touchés.

Ces matières dangereuses peuvent donc se répandre dans l’air, l’eau et/ou le sol. Elles sont dangereuses sur le lieu de l’accident mais également à de grandes distances car le vent et l’eau peuvent les disperser.

Pour Péault, les matières dangereuses peuvnet être transportées via les routes D50, D60, D746, D949  et la voie ferrée (ligne Nantes - Bordeaux).

Avant l’accident :
- savoir identifier les matières dangereuses transportées : repérer les signalisations apposées sur les camions, wagons et containers (voir article)
- connaître le signal d’alerte et les consignes de confinement (voir DICRIM - distribué en janvier 2016 ou sur ce site).